Pour que les animaux ne deviennent pas des victimes collatérales du COVID-19

Courrier d’Eddie Aït, président du groupe Écologistes et Progressistes pour l’Île-de-France, au Premier Ministre Édouard Philippe sur l’appel de la Société protectrice des animaux concernant la situation des refuges en période de crise sanitaire dûe au COVID-19.

Monsieur le Premier Ministre,

 

Nous avons été alertés par la Société Protectrice des Animaux (SPA) de difficultés liées aux mesures prises pour lutter contre la pandémie dûe au COVID-19.

Depuis la mise en place des premières mesures de confinement, la SPA a fermé ses refuges au public. Cette fermeture a entraîné l’impossibilité pour l’association de faire adopter les animaux dont elle a la charge.

Cependant, des animaux continuent de lui être confiés, à travers les fourrières publiques, portant les capacités d’accueil à saturation. La SPA a même constaté une hausse des abandons suite aux soupçons, infondés, de risque de contamination au COVID-19 par les chiens et les chats.

Aujourd’hui les refuges sont dans une situation critique où ils ne peuvent plus prendre en charge les animaux qui devraient leur être confiés par les fourrières. Une conséquence tragique de cette situation : de nombreux animaux risquent d’être euthanasiés s’ils ne sont pas rapidement transférés vers la SPA.

Pour empêcher cela, la SPA demande à ce que les adoptions soient autorisées durant la période de confinement, notamment en ajoutant cette possibilité sur les attestations de déplacement dérogatoires. L’association s’engage en retour à la mise en place d’un protocole d’adoption sécurisé, avec un minimum de contacts humains, afin de respecter les gestes barrières et limiter ainsi les risques de propagation du virus.

À l’aune des mesures présentées en janvier dernier par le Ministre de l’Agriculture pour améliorer le bien-être animal, il est important que les animaux ne deviennent pas des victimes collatérales de l’épidémie que nous traversons. C’est pourquoi je me permets d’appuyer la demande de cette association auprès de vous. La gravité de la situation sanitaire de notre pays ne doit pas signifier la mise de côté du bien-être animal.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Eddie Aït
Président du groupe
Écologistes et Progressistes pour l’Île-de-France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s