La région IDF vote son budget 2020, « historique » pour Pécresse, « un désengagement » pour l’opposition

AFP – paru le 18 décembre 2019.

La région Ile-de-France a adopté mercredi son budget 2020, un budget « historique », selon sa présidente Valérie Pécresse (Libres!), tandis que l’opposition a déploré un « désengagement » de la Région « pour satisfaire les agences de notations » financières.

Il s’agissait de la dernière séance du conseil régional dans son hémicycle parisien, la région devant déménager en janvier dans son nouveau bâtiment de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Avec un budget qui s’élève à cinq milliards d’euros, la majorité régionale (LR, UDI, Modem) a salué des dépenses de fonctionnement en baisse de 20% depuis le début de la mandature, pour s’établir à 1,9 milliard d’euros en 2020. Dans le même temps, les dépenses d’investissement ont grimpé de 41% à 2,2 milliards d’euros, selon des chiffres présentés par le vice-président Stéphane Salini.

Valérie Pécresse a évoqué un « budget historique » et rappelé que pour « la première fois », la région avait voté en novembre le remboursement anticipé de sa dette à hauteur de 100 millions d’euros.

Sur le fond, elle a souligné qu' »un euro sur deux ce budget sera consacré à la transformation écologique », avec notamment le lancement d’un grand plan de développement des énergies renouvelables(46 M€), et l’accélération de l’aide à l’acquisition de véhicules propres pour les commerçants et les artisans (10 M€).

Valérie Pécresse a aussi défendu « un budget solidaire », avec par exemple la mise en place d’un dispositif expérimental visant à supprimer les surprimes qui restent à charge des emprunteurs malades ou qui l’ont été.

La région va aussi financer la sécurisation des prisons franciliennes, créer une 4ème brigade régionale de sécurité (BRS) dans les lycées, et apporter son soutien à l’équipement des sapeurs-pompiers (1,5 M€).

« Vous faites de la région un potentat local qui se substitue à l’Etat, en finançant des prisons, des commissariats, etc », a déploré Wallerand de Saint Just (Rassemblement national), « peut-être pour prendre la place du calife Macron ».

« Ce bilan reflète l’effacement de la région », a regretté Maxime des Gayets pour « Ensemble IDF » (PS), dénonçant « un milliard de crédits de désinvestissement depuis 2016 ». Des choix qui vont « à l’encontre des Franciliens » et un budget « de régression », pour Céline Malaisé (Front de gauche).

« Vous voulez uniquement répondre aux critères des agences de notation », a déploré Emmanuelle Cosse pour le groupe RCDEC, tandis que Anne-Claire Jarry-Bouabib (Alternative écologiste et sociale) a dénoncé une communication « sur des investissements prétendument exceptionnels alors que votre leitmotiv est de dépenser moins ».

caz/ib/cam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s