[Budget 2020] Débat général – Intervention d’Eddie Aït

Intervention d’Eddie Aït, président du groupe RCDEC, lors de la discussion générale portant sur le Budget 2020 du Conseil régional d’Île-de-France (seul le prononcé fait foi).

Madame la présidente,
Monsieur le vice-président,
Monsieur le président du CESER,
Madame la présidente de la commission des Finances,
Mes chers collègues,

Si l’exercice budgétaire, régulier, nous est familier – je salue à cette occasion le travail des services impliqués et des agents publics mobilisés – il est une nécessité pour notre collectivité, pour caractériser son utilité, préciser les politiques publiques à mettre en œuvre, et la qualité de vie quotidienne des Franciliennes et des Franciliens.

Dans cet esprit, et comme en 2018, vous affichez, madame la présidente, 4 priorités pour

  1. faire de l’Ile-de-France une région ambitieuse et exemplaire
  2. faire de l’Ile-de-France une région écologique
  3. faire de l’Ile-de-France une région au service de toutes les réussites,
  4. faire de l’Ile-de-France une région solidaire

Mais parlons-nous franchement, est-ce que notre région va mieux en 2019 avec le budget adopté en 2018 ?

Est-ce que les Franciliennes et les Franciliens vont mieux depuis l’élection de votre majorité en décembre 2015 ?

La réponse est non.

Année après année, exercice budgétaire après exercice budgétaire, nous percevons le recul de notre collectivité dans des secteurs essentiels.

Et, la présentation qui a été faite du budget pour l’année 2020 ne permettra pas un changement de situation.

Votre discours sur l’investissement ne résiste pas à l’analyse et la baisse des crédits de paiement en fonctionnement atteste de votre mauvais ordonnancement des besoins des Franciliens à satisfaire.

Avec votre exécutif, Madame la présidente, vous gérez une région imaginaire et non la région réelle.

  1. Votre budget, Madame la présidente, ne reflète pas la construction d’une région ambitieuse et exemplaire.

Où est la région ambitieuse quand le CESER lui-même regrette l’absence d’efforts substantiels en matière d’investissement ? Le constat est sans appel : en baisse depuis 2015, les dépenses d’équipement programmées en 2020 sont à peine équivalente à celles de 2019.

Où est la région exemplaire quand, dans le domaine de l’aménagement du territoire, vous faîtes le choix, cette année encore, de surreprésenter les projets des collectivités de la zone métropolitaine aux dépends de territoires en demande.

Où est la région ambitieuse quand le CPIER 2015-2020 Vallée de la Seine ne bénéficie que de 6 millions d’euros en crédits de paiements ?

Où est la région ambitieuse quand elle supprime les dispositifs d’aides à l’ingénierie territoriale et réduit les moyens alloués à l’Institut Paris Région ?

Où est la région exemplaire quand le jaune budgétaire – pourtant demandé par l’opposition et le CESER – répertoriant toutes les actions régionales financées par des fonds européens n’est toujours pas communiqué aux élus ? Le besoin de transparence dans la gestion des fonds européens est grand. Il doit être satisfait.

  1. Votre budget, Madame la présidente, ne reflète pas la construction d’une région écologique.

Où est l’écologie quand le budget Environnement, sur les dépenses en crédits de paiement, en investissement et en fonctionnement, est en baisse ?

Où est la région écologique quand le budget consacré à la politique de l’eau baisse de 18,5% en AP et de 19% en CP ?

Où est la région écologique quand le financement de l’intégration environnementale des infrastructures de transport est réduit de 40% en AP ?

Où est la région écologique quand le fonctionnement des parcs naturels régionaux est remis en cause par une nouvelle baisse de leurs dépenses pour 2020 ?

Où est la région écologique quand le soutien à l’économie sociale et solidaire baisse de près de 6% ?

Au moment où la COP 25 s’achève sur un constat d’échec, notre collectivité renonce à son rôle de région leader en faisant le choix du désengagement environnemental durable.

  1. Votre budget, Madame la présidente, ne reflète pas la construction d’une région au service de la réussite de tous.

Où est la réussite pour tous quand le soutien à l’industrie, aux artisans et aux commerçants est fragilisé par une baisse substantielle des crédits de paiements affectés aux dispositifs les concernant ?

Comment être au service de la réussite de tous quand vous réduisez de 30% les crédits dévolus à l’accueil des étudiants étrangers ?

De quelle réussite pour tous parlons-nous quand vous réduisez de trois millions l’aide au logement des jeunes ?

Comment être une région au service de la réussite de tous quand les AP relatives à la création de nouveaux établissements scolaires sont en baisse et ce en contradiction avec les projections démographiques en 2ème et 3ème couronne ?

Comment être une région au service de la réussite de tous quand les crédits de fonctionnement en enseignement supérieur et recherche ne sont pas à la hauteur des investissements ?

Les élus du RCDEC, Madame la présidente, souhaitent une meilleure prise en compte des conditions de vie pour les étudiants et présenteront, avec les autres groupes de l’opposition républicaine, des amendements pour lutter contre la précarité étudiante en Ile-de-France.

  1. Votre budget, Madame la présidente, ne reflète pas la construction d’une région solidaire.

Comment être une région solidaire quand vous réduisez de 86,5% l’aide à la mutuelle des étudiants ?

De quelle solidarité parlons-nous quand vous réduisez de 7 millions d’euros le soutien à la production de logements locatifs sociaux ?

Comment être une région solidaire quand les 234 millions d’euros en AP qui sont affectés pour le logement et la politique de la ville ne sont pas couverts par des crédits de paiement ?

Madame la présidente, votre faible ambition en matière de politique de l’habitat, nous inquiète.

Elle nous prive d’une politique publique transversale qui est au cœur des enjeux sociaux et territoriaux. L’habitat est une notion large qui intègre l’ensemble des éléments qui constituent le milieu dans lequel une population vit et s’épanouit. La politique de l’habitat est un élément fondamental de l’action sociale favorisant l’accès et le maintien dans un habitat adapté et de qualité de tous les publics et accompagnant les projets innovants dans une logique de solidarité.

Madame la présidente, la crise économique, sociale environnementale et démocratique que connait notre pays a franchi un nouveau seuil d’alerte.

Ici, au sein de cet hémicycle, nous devons relever collectivement et avec succès les grands défis auxquels nous sommes confrontés en Ile-de-France.

Pendant trois jours, nous allons débattre et, comme en 2018, le groupe Radical, Citoyen, Démocrate, Écologiste et Centriste a déposé, seul ou en co-signature, plusieurs dizaines d’amendements.

Nous porterons des propositions dans le débat budgétaire pour que notre collectivité mène des politiques sociales, environnementales et solidaires d’ampleur et engage un rééquilibrage de notre territoire comme vous y invite d’ailleurs le CESER.

Je vous remercie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s